Quelques arguments en faveur de la liberté de choix du parent éducateur

Durant ma formation en enseignement en adaptation scolaire, j’ai dû vivre avec la désillusion de carrière que je croyais entreprendre. Les réflexion proposées par l’histoire de la pédagogie et de l’éducation, la sociologie du système scolaire et certains constats scientifiques des différentes didactiques m’ont amenés vers l’inéluctable conclusion: je ne pourrais conserver ni mon intégrité et ni ma joie intérieure si j’allais me soumettre à ma responsabilité professionnelle enseignante telle que prescrite par le ministère. Pour ce billet, je passe par-dessus toutes les questions axiologiques et idéologiques. Je m’intéresserai uniquement à certaines questions techniques et scientifiques.

Le programme de formation de l’école québécoise, le pfeq.
Je commence par en dire ceci. Il est plutôt super sur une bonne quantité de son contenu! Je comprends sa volonté d’assurer des enseignements uniformisés et de qualité pour l’ensemble des jeunes québécois. Mais.  De récentes découvertes et postulats scientifiques s’entendent pour prétendre que bien des savoirs imposés à des niveaux d’enseignements précis ne respectent pas les processus généraux développementaux. La répartition des savoirs et concepts à enseigner du pfeq a été faites selon des théories de l’apprentissages vieilles de plus de 100 ans. 100 ANS!!!!! Pourtant, depuis une vingtaine d’années, la science et de nombreux acteurs ont grandement fait évoluer les connaissances sur les processus d’apprentissages. La volonté d’uniformisation des savoirs des matières de bases est comprenable, elle facilite la formation spécifique. Ok. Et celle de l’évaluation ministérielle, j’y reviendrai. Les connaissances générales sont évidemment souhaitées, dans une société démocratique. Cependant, l’imposition des contenus précis peut avoir son  effet plutôt pervers, celui de conditionnement négatif face aux savoirs, à l’intellectualité ou simplement à l’apprentissage. Ce type de conditionnement, disons-le, est indésirable pour notre société et l’ère à laquelle nous vivons.

Les évaluations normatives, les examens.
Les examens facilitent et allègent évidemment l’évaluation de l’accumulation de savoir chez les apprenants. Cependant, bien des pédagogues appuieront le fait que, cependant, ils rendent difficilement compte du développement des compétences (paradigme d’apprentissage dans lequel le système scolaire québécois se prétend). Les pédagogies alternatives ont beaucoup à partager sur les moyens d’évaluation de la progression des apprentissages comme le portfolio d’évaluation. Bien évidemment, l’école dans sa structure et ses moyens ne peut pas se permettre d’utiliser de telles pédagogies. Ok! Mais d’autres moyens existent que l’évaluation normative, et là encore, la science de l’éducation le confirme!

La commission parlementaire concernant les amendements du projet de loi  № 144 est en cours. Lors de mon écoute saccadé, j’ai eu l’impression que, particulièrement dans l’opposition, ces faits énoncés plus haut étaient inconnus ou ignorés… Les parents qui font le choix d’éduquer à la maison sont, je crois pour beaucoup d’entre eux, animés par certaines de ces considérations, et bien d’autres, tout à fait légitimes. Leur exiger les structures imposées au système scolaire néglige un raisonnement posé et une rigueur pédagogique, tout en enfreignant le droit de choix d’éducation énoncé par le charte des droits et libertés.

J’ai choisie de ne pas enseigner pour le ministère. J’ai choisie de sortir ma fille de l’école. Je suis une citoyenne engagée. Une personne qui réfléchit et qui s’instruit continuellement. Le potentiel de ma fille et de sa future contribution n’est pas en danger. Le paternalisme québécois doit maturer et comprendre qu’il faut des exceptions pour ceux qui les demandent et les mérites. Il y a toujours moyen de moyenner.

Merci de votre lecture,

Christine

Connaissent-ils la différence entre apprentissage et enseignement?

D’une oreille, j’écoute le débat sur les propositions d’amendements à la loi 144.
 
Je réécouterai et réfléchirai. Mais pour l’instant, mon impression lors des discussions concernant les concepts d’apprentissages et d’enseignements est que les acteurs principaux des décisions à prendre, dans le cadre du projet de modification, ne sont pas en connaissance de cause au sujet des récentes découvertes scientifiques en éducation et neurosciences.
 

Il semble que même la notion de construction et co-construction des savoirs n’est même pas constitué dans leur schéma conceptuel de l’apprentissage.

Christine

 

Retour sur le camp des Apprentis-Sages

L’été est terminé, retour sur le camp de jour.

Le super horaire pédagogique, parsemé de temps libre s’est avéré du quasi complètement libre, parsemé de peu d’activités dirigées! Cela, parce que les enfants étaient bien davantage intéressés par les jeux libres qu’autres choses. Je dois admettre qu’à part d’avoir à gérer mon sentiment d’efficacité, j’en étais plutôt satisfaite! Je suis après tout partisane de la liberté et jadore jouer le rôle de médiatrice.

 

Au travers de notre contacte avec la nature, nous avons stimulé notre curiosité en consultant des ouvrages afin d’identifier certains types de végétaux ou insectes! Nous avons consultés certaines cartes, afin de nous localiser. Je l’avoue encore, souvent, je le faisais seule, et partageais mes nouvelles connaissances avec les petits AS. À peu près toujours, ils en étaient intéressés. Parfois, pendant un instant, j’étais découragée qu’ils ne participent pas aux recherches… Je me rappelais par la suite que j’étais un model à cet instant. Et que c’est ce qui importe. Un modèle stimulant.

Au travers des conflits ou désirs non comblés, nous avons cherché.e.s à dialoguer, argumenter et identifier des solutions. C’était un plaisir de diriger ces discussions, de laisser de l’espace pour les émotions de tous, de réfléchir la courtoisie et constater les résultats.

Séance de dessin

Nous avons pu bénéficier de la participation de quelques familles, merci à chacune d’entre elles pour leur contribution! Les enfants, sauf deux, étaient tous des enfants qui fréquentent l’école. Le noyau des AS est donc revenu constitué de ma fille et du fils de ma camarade.


Le quartier général de AS était la résidence familiale, la démarche de locaux se poursuit!

Je suis heureuse d’avoir vécue cette expérience, merci aux AS et leur famille.
À la joie de sa suite!

Christine
c.perry@creaquebec

Plan21 pour le Québec

English original follows / Traduit de l’original :

Planifions l’avenir du Québec.

Nous aurons des défis collectifs à relever au cours des 50 prochaines années au Québec, certains qui seront surprenants et certains que nous pouvons prévoir. Si nous pouvons collaborer à l’élaboration d’un plan du 21ieme siècle, une carte de route intersectrice, nous aurons une cohorte et une structure en place pour maitriser des changements rapides ainsi qu’un plan pratique et inclusif pour l’avenir du Québec.

Nous pouvons mettre en place ce plan dans un symposium: Plan Québécois pour le 21ième Siècle.

Il y a trois ans, des groupes de citoyens et autochtones du Canada, gens tels Naomi Klein, Neil Young, et Ellen Gabriel, ont fait une telle rencontre à Toronto. Ils ont préparé un document de consensus : le Manifeste du Leap. https://leapmanifesto.org/

Ici au Québec, les actions nécessaires pour que nous nous organisions ensemble sèmerons d’elles-mêmes des graines cruciales pour le changement.

Ordre du jour proposé:

  • Établir un réseau de groupes de travail régionaux PLAN21;
  • Définir les lignes directrices pour: eau, aliments, abris, santé, énergie, justice, migrants, personnes âgées et personnes handicapées, enfants;
  • Définir les valeurs de conservation à long terme pour les compétences humaines, les services civils, les ressources écologiques et le bonheur;
  • Passer deux jours parmi des organisateurs enthousiastes de différents horizons.

Les invités

Tout le monde est bienvenu. Toutes les compétences sont de valeur.

Tu es invité.e, aussi. Recevez notre infolettre, rejoignez-nous sur Facebook, ou envoyez-nous un courriel pour plus d’informations à plan21@creaquebec.org ou pour participer à l’organisation de la première édition du Symposium: Plan Québécois pour le 21ième Siècle.

Passez plus bas pour voir la liste des organisations invitées.


PLAN21

Let’s Plan Québec’s Future

We face some collective challenges in the next 50 years in Quebec, some that will be surprising, and some that can be predicted. If we can begin to unite various groups behind a 21st century plan, a transitional and intersectional map, then we will have a cohort and structure that are prepared for rapid changes, and a practical and inclusive plan for Quebec’s future.

We can set up this plan together in a symposium: Plan Québécois pour le 21ième Siècle.

Three years ago, major national Canadian and Indigenous groups did something similar in Toronto, and they’ve created a document and movement, the Leap Manifesto. https://leapmanifesto.org/

Here in Quebec, the very actions needed for us to organize together will plant many of the crucial seeds for change.

Agenda

  • Establish network of regional PLAN21 working groups
  • Set guidelines for: water, food, shelter, health, energy, justice, migrants, seniors and disabled persons, children.
  • Set long-term conservation values for human skills, civil services, ecological resources, and happiness.
  • Enjoy two days among enthusiastic organizers from various backgrounds

Guest List

All are welcome.  All skills are valued.

You’re invited. Receive our newsletter, join us on Facebook, or email us for more information or offers to help at plan21@creaquebec.org as we begin to organize the first edition of the Symposium: Plan Québécois pour le 21ième Siècle.


Qui d’autre d’invités? Représentants des organisations suivantes:


Then they found themselves now, stewards where before had been children.

plan21@creaquebec.org